CURZO,Hameau de la commune d'OZANNI

s

"Curzo est l’un des plus anciens villages du Sia (territoire donnant sur le golfe de Porto, partant du fleuve et remontant vers le Nord, traditionnellement utilisé par les bergers venant de la "montagne" pour la saison d'hiver, et, en 1461, habitée par les villages d'Ota, Astica, Pinito et Curzo) et le plus souvent cité. En 1985, l’un de ses habitants y découvre fortuitement dans un terrain, une fibule de bronze. Cet objet, bien conservé, permet de dater une présence de l'homme dans ces lieux au Premier Age du Fer, plus précisément aux IX e et VIII e siècles avant notre ère. Au Moyen-Age, Curzo est en 1461 l'un des quatre villages peuplant le Sia avec Pinito, Astica, Ota. En 1489, il est cité dans la liste des villages astreints à payer la taille. Il est également cité à plusieurs reprises dans les documents concernant la guerre entre le seigneur des lieux, Giovan Paolo de Leca, et la République de Gênes. A la suite de cette guerre, comme tout le Sia, il subit une longue désertification pendant laquelle ses habitants vont se retrouver exilés, à Calvi surtout, dans des villages de Balagne ou vers Evisa. Ils finissent par obtenir de Gênes leur retour sur leurs terres mais, très rapidement, ce sont les exactions des pirates Barbaresques qui vont de nouveau les contraindre au départ. Ayant subi une longue désertification comme les autres villages déjà étudiés, Curzo apparaît, à travers les registres de l'église d'Evisa, comme un lieu de cultures pour un certain nombre de familles de cette communauté tout au long du XVII e et du XVIII e siècle (en particulier des Battini, des Cacciaguerra, des Padovani, et des Ceccaldi qui leur sont alliés) ainsi que pour des familles d'Ota. De 1736 a 1743, Curzo est une paroisse et a son propre registre de catholicité. Le 5 mars 1740, sur la place de l'abbé Bartolomeo Battini, abbé du dit lieu de Curzo, un groupe d'hommes de ce hameau désigne comme gardien des biade e confine, Don Pietro, fils d'Angelo Battista de Curzo ; il recevra pour salaire six boisseaux d'orge.

Le 30-11-1766 à Curzo, désignation de gardiens de céréales pour des terres situées aux lieux-dits Capo alla cura, Filtrigna et Campo Martino. Est élu Cipriano, fils de Don Pietro. Son salaire sera 1 mezzinu d'orge a pare di buovi, mesure selon le boisseau en usage dans la région (salaire donné après la récolte).

Les bergers qui viennent d'Ota font en sorte de prendre, en leur terrain de plage, le même saint patron qu'en leur village d'origine, Saint-Jean-Baptiste. Après 1743, il semble que les plus anciens des habitants, en butte à des conflits avec ceux d'Evisa et Ota, abandonnent les lieux à ces deux communautés.

Osani est de formation villageoise plus récente. Hameau longtemps occupé pour le pacage des troupeaux venant d'Evisa, Ota, ou du Niolo, il est concerné par le partage des biens communaux du Sia en 1850, qui fixe définitivement une partie de sa population. Osani est érigé en commune à part entière en 1864. "

Extraits du livre de Josette Ceccaldi (Les Ceccaldi - Essai de généalogie 1380-1880, éditions Alain Piazzola)

 

EXTRAIT DU SITE:http://www.curzo.net/index.htm

 

Sous-pages :

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site