Lettre du maire apres son election au parlement europeen

François ALFONSI

Maire d'Osani                                                              Curzu, le 16 août 2009

Cari(e) paisani(e),

Comme tous les mois d'Août, je vous rends compte de l'année écoulée. Cù tutta a me amicizia

 

 

 

Cette dernière année a été pour moi importante, et mon élection au Parlement Européen la marquera d'une pierre blanche. Cela d'autant plus que les résultats en Corse ont été très bons, et que ceux d'Osani ont été un message de sympathie auquel je suis très sensible. J'y associe ceux des autres villages du canton, notamment Partinellu. Merci à tous. Devenu député européen, je suis amené à interrompre mon activité professionnelle, ce qui me permettra, malgré l'éloignement de mes nouvelles activités, de continuer comme Maire d'Osani.

Durant l'année écoulée, nous avons pu réaliser et compléter plusieurs investissements. Cependant, notre village est encore en retard de développement, nos activités économiques sont fragiles, et nos infrastructures, même si nous avons fait quelques progrès, restent précaires. 

A OSANI

Nous sommes intervenus sur la voirie en commençant par le lotissement. Le principe est que la dégradation de la voirie est avant tout un problème d'écoulement des eaux, qu'il faut donc traiter « de haut en bas ». Nous avons commencé sur la piste de Vignola, par un investissement modeste, mais efficace. Après quelques tâtonnements, les eaux de pluie descendant du lotissement sont désormais correctement canalisées jusqu'au caniveau de l'hôtel, alors que la plus grande partie se répandait vers l'église, puis traversait le village. Mais le plus coûteux dans ces investissements du lotissement a été de régler le problème d'un terre plein instable, et de refaire la chaussée de la première partie de la montée. Toujours dans la même logique, nous avons aménagé une reprise des eaux pluviales dans la traversée du village. C'était là un gros « point noir », les eaux ruisselant ensuite avec force vers le bas du village. Ce dernier tronçon de voirie a fait l'objet d'un premier investissement d'urgence (la rampe d'accès), et il est programmé pour cette fin d'année de reprendre le soutènement effondré, ce qui permettra de créer quelques places de parking, ainsi que la placette qui remonte vers le village. Les financements ont été promis, ce qui nous permettrait de commencer les travaux avant Noël. Par ailleurs, la première tranche des travaux sur l'Eglise d'Osani, traitement des remontées d'humidité et reprise des enduits et de la peinture intérieure, sera lancée dès septembre. Enfin, le parking du col de la Croix sera achevé cet automne avec une reprise des plantations qui n'ont pas tenu.

Reste le grand problème du renforcement des ressources en eau. Une nouvelle campagne de forage est prévue à l'instigation de la DDA le long de la route de Calvi, y compris à Chjaravalle. Ce serait la dernière tentative. Si elle est infructueuse, nous aurions les autorisations pour envisager un forage dans la nappe alluviale de Tùara. Mais les coûts seront alors considérables. L'objectif serait aussi de raccorder le camping pour consolider cette activité économique de la commune. Restera alors le difficile dossier de l'assainissement. Sur l'ensemble de la commune, nous approuverons prochainement le schéma d'assainissement, première étape avant de prévoir les investissements nécessaires.

A CURZU

La reprise de la voirie principale s'est là aussi accompagnée d'une attention particulière aux écoulements d'eau qui sont très forts dans ce village. La reprise des eaux dévalant de Capu Supranu fonctionne désormais, et les renvoie vers le CD 81 au niveau du monument aux morts. Le département a promis de réaliser là un caniveau les reprenant jusqu'à la traversée de route située en aval. Les eaux dévalant de Capu Suttanu par la rampe sont elles aussi reprises, et évacuées vers le ruisseau au niveau de la fontaine. Ces investissements, tout comme le mur élargissant la chaussée à l'entrée du village, étaient indispensables. Ils ont été complété par la réalisation d'un béton sur le tronçon montant vers Capu Suttanu. Au plan de la voirie, à signaler aussi l'accès réalisé tout en haut de Capu Supranu pour désenclaver une maison habitée à l'année.

Les pluies diluviennes de cet hiver ont fait tomber le mur de l'église, que nous avons repris. D'autres murs, privés ceux-là, sont tombés eux aussi, par exemple au dessus de la route menant à Capu Supranu. Pour encourager les propriétaires à les refaire, la Commune a mis en place une incitation à hauteur de 20% du coût, plafonnée à 1500 €, dès l'instant que le mur effondré borde la voirie communale. Cette mesure est bien sûr valable pour les autres villages même si les problèmes y sont moins fréquents. Elle a été mise en œuvre une première fois avec la famille Palanque.

Le chantier du lavoir est désormais achevé. Reste à y planter un beau tilleul et à y installer des bancs.

Curzu comme Osani connaît les problèmes lourds de l'eau et de l'assainissement. Pour l'eau, nous remplaçons la canalisation qui remonte depuis les forages vers le réservoir, en augmentant son diamètre, et en ayant recours à un matériau plus robuste. De la sorte, les régulières fuites sur ce tronçon devraient disparaître, et la capacité de notre installation être renforcée. Cependant, nos forages sont vulnérables à la pollution, et, malgré la chloration, la qualité de l'eau est médiocre au plan sanitaire. Réaliser l'assainissement collectif serait là aussi une réelle nécessité. S'y ajoute un problème de présence d'arsenic en raison de la nature géologique des sols où se trouvent nos forages. Les normes ont changé en 2004 qui rendent l'eau de Curzu non potable au regard de la réglementation, même s'il s'agit de la même eau que les Curzacci boivent depuis des générations. Je suis désormais dans l'obligation de déclarer cette eau non potable. La solution que nous envisageons est le raccordement à Partinellu, et la mise en sommeil des forages.

A GHJIRULATU

Avec la mise en place d'une bonne gestion des ordures ménagères, la réfection des pontons et la création du port de plaisance, la situation de Ghjirulatu s'est considérablement améliorée. Nous avons aussi repris la plus grande partie du mur effondré de la voirie allant au centre de traitement des OM. La première priorité désormais est la concrétisation du projet d'assainissement, avec la réalisation conjointe de WC et de douches publics. Les feux verts administratifs sont promis désormais, et j'espère lancer les travaux en mars 2010.

L'autre grand dossier de Ghjirulatu est la préservation et l'aménagement du fortin. Ce dossier est entre les mains du Conservatoire du Littoral, nouveau propriétaire des lieux, qui agit en pleine concertation avec la Mairie. C'est là un soutien indispensable car la commune n'aurait jamais pu faire face seule à un tel chantier.

Le port connait une bonne fréquentation et « fonctionne » à merveille. L'image de Ghjirulatu en a été changée et la maîtrise de la fréquentation touristique qu'il permet, en ayant recours à un personnel entièrement local, est à signaler. Son agrandissement sur l'avant port à destination des grosses unités devrait en améliorer la rentabilité. Même si nous avons dû ces premières années compléter un investissement initial insuffisant (les vis ont dû recevoir le renfort de corps morts), la rentabilité est là qui nous donne des moyens supplémentaires pour investir dans les équipements publics de toute la commune.

A noter que la borne à incendie a été remise à neuf, que la capitainerie dispose d'un défibrillateur et d'une armoire à pharmacie pour les premières interventions, et que les poubelles du centre du hameau sont désormais « habillées » de façon plus présentable.

Après quelques hésitations l'an dernier au moment de l'arrivée du nouveau navire, le service de la barge a trouvé son « régime de croisière » avec Laurent aux commandes. Le nouveau navire fait la preuve de son indispensable utilité face aux quantités croissantes de fret à acheminer. En conservant l'ancien navire, nous avons accru la sécurité du service, un bateau suppléant l'autre en cas d'indisponibilité. Cette année, si tout va bien, le service sera confié à la commune de façon définitive. Je remercie au passage la commune d'Ota pour sa réactivité au moment de l'effondrement du quai de chargement à Portu.

SUR L'ENSEMBLE DE LA COMMUNE

La prise en charge des enfants par un transport scolaire a été mise en place par le département l'an dernier. Elle continuera cette année. Cela a amené la commune à recruter François Padovani comme accompagnateur. Il vient également en renfort de Coco pour la propreté des villages, l'un ayant en charge Curzu et l'autre Osani pour ce qui est de l'entretien courant. L'été, Phiphi assure toute la maintenance à Ghjirulatu. Coco suit avec attention les installations d'eau potable, et répare régulièrement les fuites. Il est également « chauffeur remplaçant » lors des congés de Toussaint pour le syndicat du Sìa, et il s'occupe aussi de Ghjirulatu l'hiver.

Dans le cadre du plan de relance décidé par le gouvernement, nous avons bénéficié d'un versement anticipé de TVA qui améliore notre trésorerie. A cette occasion, il est apparu qu'Osani a investi chaque année depuis cinq ans plus de 477.000 euros. Cette année est une année de transition, où certains projets arrivent à terme, et où ce que nous avons réalisé commence à demander des investissements de renouvellement et de gros entretien. Nous devons aussi veiller à maîtriser notre endettement qui reculera cette année d'environ 60.000 €, pour tomber autour de 380.000 €, tout en ayant investi cette année à nouveau près de 500.000 €. Cependant les subventions sont plus rares, les dossiers qui devaient être financés sur 2009 ne l'ont été qu'en partie, certains étant promis en 2010, et avec des taux plus bas car la CTC a ralenti son aide aux communes.

Pourtant, il nous reste un programme d'investissement considérable à mener si on veut mettre chacun des hameaux de la commune à un bon niveau d'équipement. Pour aller de l'avant, il nous faudra donc continuer à chercher de nouvelles ressources. Ainsi, nous avons mis en place en 2009 la taxe de séjour. Son produit, principalement généré par le port, devrait dépasser les 5000 €. Nous avons fait en sorte que toutes les formes d'hébergement touristique soient concernées, y compris les locations par des particuliers.

Pour conclure, j'évoquerai la mémoire de Dominique Colonna, qui a été maire de 1989 à 2001. Il a été une figure marquante de notre village, et je renouvelle mes condoléances à tous les siens, ainsi qu'à tous ceux qui ont perdu un proche cette année. Enfin, je profite de ce courrier pour faire passer un message que j'estime essentiel : rien ne sera possible, ou si peu, sans harmonie. Faisons attention à nos querelles. Même avec les meilleures raisons du monde, elles ne peuvent que nous enfermer dans des impasses. Il nous reste beaucoup à faire et nous n'y parviendrons qu'en étant solidaires. Pour ma part, j'y mettrai toute ma bonne volonté.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×