INSCRIPTION XVII GIROLATA

- 99 -
INSCRIPTION DU XVII
e
SIECLE, A GIROLATA (C
e
D'OSANI),
par Geneviève MORACCHINI-MAZEL.
Jean-François Luciani nous a communiqué la photographie
d'une dalle en marbre blanc gravée (fig. 166)
retrouvée sur les rives de la marine d'Elbo, située entre
Galeria et Girolata, où elle avait dû être réutilisée comme
matériau dans une maisonnette.
La dalle, pratiquement carrée, mesure actuellement 36,5
cm de haut pour 35 à 36 cm de large et 9 cm d'épaisseur
environ. L'inscription est tronquée et les armoiries situées
en haut à gauche et à droite ont été martelées. Voici une
lecture probable de cette inscription dédicatoire :
(AN)TON... IOANNI SARLA
... O FABR(IC)ARE DETTE
... (P)ER LA SER.MA REP.CA DI
(GENOV)A DALL ANNO 1604
ALL ANNO 1611
Fig. 166 - L'inscription d'Elbo (Cl. J.-F. Luciani).
Cette pièce pourrait provenir de la tour génoise d'Elbo,
encore appelée tour de l'Imbuto dans la documentation1,
qui surveillait le mouillage de la petite marine du même
nom.
1 La tour de l'Imbuto est citée notamment dans les pièces annexes
publiées dans SALONE (A.-M.), « Les tours de défense dans le sud
de la Corse et autour du golfe de Porto-Vecchio », Cahiers
CORSICA, 138-140, Bastia, 1991, pp. 21, 22, et 31.
Cet Anton Giovanni Sarla (Sarola ou Sarrola) est ce
généreux donateur de plusieurs objets d'art portant son
nom et ses armoiries aux églises de son village de Sarrola,
notamment une statuette en marbre blanc de la Vierge à
l'Enfant (sculptée à Gênes et datée du 20 avril 1607), une
cloche en bronze de 1603 (provenant de la chapelle Notre
Dame de Pantano), deux statuettes d'angelots en marbre
blanc, un autre statuette de la Vierge à l'Enfant et trois
statuettes de marbre blanc datées de 1612 représentant la
Vierge et deux religieux agenouillés2.
De son côté, Antoine-Marie Graziani rappelle également
dans plusieurs de ses ouvrages l'oeuvre de ce notable
important du sud de l'île issu d'une famille de Sarrola fidèle
à Gênes depuis la fin du XVe siècle3. Ancien officier ayant
servi en Flandre au cours de la dernière décennie du XVIe
siècle, Anton Giovanni Sarla rentre en Corse avec
l'intention d'y tenir un rôle à la hauteur de son expérience
de soldat professionnel acquise sur les champs de batailles
du nord de l'Europe.
Benemerito du Sénat génois, il fait partie des Nobles VI en
1599 puis est élu surintendant à la construction des tours en
1604. Il devient orateur du Delà-des-Monts à partir de
1613, charge qu'il délaissera afin de pouvoir mieux se
consacrer à son programme ambitieux, mais difficile, de
protection de l'une des zones littorales les plus exposées
de la Corse. Principal bâtisseur de tours des vingt premières
années du XVIIe siècle, on lui doit l'organisation de la
réalisation de celles d'Omigna, Orchini, Cargese, Capo
Rosso, Gargano, et l'Imbuto et la reconstruction des tours
de Girolata et de Sagone entre 1604 et 1611.
Ainsi, bien que partielle et lacunaire, cette source
épigraphique complète utilement certaines archives
génoises concernant l'édification et l'entretien des tours
littorales de la région comprise entre Sagone et Galeria4.
2 ZARZELLI (F.), « Les monuments et oeuvres d'art de la Corse (I) :
le canton de Celavo-Mezzana », Cahiers CORSICA, 73-74, Bastia,
1977, pp. 16-17.
3 GRAZIANI (A.-M.), « Les ouvrages de défense en Corse contre
les Turcs (1530-1650) », La guerre de course en Méditerranée (1515-
1830), Actes des journées universitaires de la ville de Bonifacio
(1999), Ajaccio, 2003, pp. 92, 142-145, 150 ; et, du même auteur,
Les tours littorales, Ajaccio, 1992, pp. 88-89, 92-94 et 99-104.
4 Voir encore SALONE (A.-M.), AMALBERTI (F.), La Corse, images et
cartographie, Ajaccio, 1992, pp. 163-164, 175, 179, et 201-204.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×