PLU PIANA

 

 

 

Piana. Le PLU rend constructibles 70 hectares dans le secteur de la plage d’Arone

 

Le PLU arrêté de Piana  prévoit la possibilité de construire 600 nouvelles résidences. Chiffre à mettre en parallèle avec les 444 habitants que compte la commune. Le PLU ouvre à l’urbanisation le secteur de la plage d’Arone (ci-dessous) et ses espaces protégés dans une zone où, de plus, l’assainissement est impossible. Le Collectif pour l’application de la loi Littoral rencontrait le préfet ce mercredi 11 juin.

 

Le projet de PLU de Piana bafoue les lois, l’environnement, les intérêts de l’île et de sa population. Il transforme le secteur de la magnifique plage d’Arone, un des joyaux de l’île,  en un  énième  lotissement  à occupation temporaire ! Ainsi autour de la plage d’Arone ce sont aujourd’hui 70 hectares non urbanisés, (diapositive 1) qui deviendront demain 70 hectares destinés à accueillir une station balnéaire  sans assainissement collectif.  On s’interroge  : quid du respect des espaces remarquables ? Du respect de la bande des 100 mètres ? Du  respect de la  Znieff 1 et de la zone Natura 2000 ? Du respect du principe d’équilibre défini par le code de l’urbanisme ? Du respect  du schéma d’aménagement de la Corse ?
Et… le meilleur pour la fin : aucun assainissement individuel n’est possible à Arone comme le révèle les études d’experts (cf. en savoir plus ci-dessous).

 

Sur l’ensemble du PLU,  600 nouvelles villas sont prévues. À Piana village ce sont 60 hectares qui deviennent urbanisables ou à urbaniser (diapositive 2) ; à Piana  plage d’Arone 70 hectares sont dans le même cas ! (diapositive 3)

Dans une lettre adressée ce 11 juillet 2012 aux édiles locaux, le Collectif pour l’application de la loi Littoral interpelle :  Monsieur le sénateur et Madame la maire,
et à tous ceux qui veulent nous enfermer dans le carcan du « contre tout développement »,  nous posons clairement la question : est-ce que le projet de construction – qui en plus se joue de tous les règlements – et la vente – toujours pour occupation temporaire – de centaines de  villas « vue mer imprenable » doivent aujourd’hui être considérés comme le seul développement possible de notre Île ?
Bien sûr, c’est la solution de facilité : les espaces disponibles sont magnifiques et des personnes fortunées pour les acheter, quel qu’en soit le prix, ne manqueront pas !
Cette terre, une fois  vendue,  ne  fera plus l’objet que de revente,  et à chaque fois avec plus-value conséquente !
Notre Île est belle,  cela n’est pas nouveau.  Ce qui l’est,  c’est qu’elle est à vendre au plus offrant et sans aucune considération pour ceux qui y résident et qui y travaillent.
Les associations du Collectif pour l’application de la loi Littoral ont rencontré M. le préfet et lui ont demandé de s’opposer à ce projet de PLU. Elles mesureront la volonté de changement de la nouvelle équipe gouvernementale au  comportement des représentants de l’État à faire appliquer la loi et les décisions de justice.

 

_______________________________________________________________________________________________________________________

EN SAVOIR PLUS
sur les zonages constructibles d’Arone et l’impossible assainissement

_______________________________________________________________________________________________________________________

Le rapport de présentation de la commune :
• indique page 77 que la qualité des eaux de baignade peut être temporairement médiocre à cause des sols peu favorables à l’assainissement individuel, impact fort en période estivale,
• précise que le choix de la commune pour Arone est l’assainissement individuel : « Le secteur d’Arone n’est pas équipé de station d’épuration et ne le sera pas. » (RPII, page 89),
• indique que les études ont été confiées à deux bureaux d’étude et à un hydrogéologue.

Premier bureau d’étude
• Ses conclusions  (page 11 paragraphe 4.2) précisent que le sol est sur l’ensemble du secteur d’Arone rocheux et que les mesures de perméabilité sont en moyenne de 7 mm/h et donc limite à l’utilisation d’assainissement autonome. L’ensemble du secteur est donc déclaré peu favorable à l’assainissement autonome.
• L’étude démontre une perméabilité défavorable et un substratum peu profond. Elle précise que le substratum imperméable se situe à très faible profondeur et stoppe l’infiltration des eaux usées, ceci pouvant conduire à des eaux qui ne s’infiltreraient qu’à faible profondeur dans le sol et donc de façon  superficielle.
• Ainsi les 2 paramètres dits fondamentaux sont réunis de façon défavorable. L’expert conclut : «  nous pouvons affirmer que toute la zone d’Arone possède des perméabilités trop faibles pour réaliser des assainissements autonomes…..… et que même en surdimensionnant l’épandage cela risque de poser de sérieux problèmes (pages 24 et 25) »
• D’après l’expert, en cas de mauvais fonctionnement de l’assainissement, et c’est une hypothèse à retenir, la pente et la configuration d’Arone (en cuvette) feront que les eaux usées se retrouveraient dans la rivière l’Arone au fond du vallon ou dans le ruisseau de l’espace remarquable et boisé sud ou encore sur la plage. L’article 6 de l’arrêté préfectoral n°01.0750 du 22 mai 2001 précise qu’en cas de pente supérieure à 15% un assainissement non collectif ne peut être autorisé.

Deuxième bureau d’étude
• Le tableau de la page 120 du rapport de présentation partie 1 indique dans la colonne observations pour la zone d’Arone que « l’aménagement de la station balnéaire est impossible sans la mise en place d’un réseau d’assainissement collectif ».

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×